Recherche

La large bande passante des sismomètres du RLBP ainsi que la grande dynamique des systèmes de numérisation utilisés autorisent une grande variété d’études que l’on sépare classiquement en deux grandes catégories :

Imagerie des structures superficielles et profondes

  • Tomographies locales ou régionales basées sur les temps d’arrivée de phases sismiques issues de séismes en Métropole
  • Tomographies basées sur la corrélation du bruit sismique ambiant
  • Tomographie globale de la Terre par mesures de temps d’arrivée ou modélisations de forme d’onde de séismes mondiaux
  • Analyse des phases réfléchies ou converties sur les différentes interfaces majeures de la lithosphère
  • Détermination du facteur de qualité de la croûte à partir de la coda des séismes
  • Etude du caractère anisotrope du manteau supérieur à partir de la biréfringence des ondes SKS

Etude de la sismicité et des sources sismiques

Elaboration du catalogue de sismicité du territoire métropolitain. Les données du RLBP sont utilisées en routine par les différents centres sismologiques régionaux ainsi que par le BCSF-Rénass pour produire le catalogue de référence de l’activité sismique du territoire

  • Calcul de mécanismes au foyer et caractérisation de la source des séismes majeurs à l’échelle du territoire ou de la plaque européenne (lien)
  • Etude de la rupture des grands séismes
  • Caractérisation des événements sismiques d’origine non tectoniques (tirs, effondrements miniers, entrées atmosphériques, sismicité induite …)
  • Compréhension des différentes sources de bruit sismique à différentes périodes (houle océanique, activité anthropique …)

En savoir plus

Action transverse sismicité Résif

Enregistrement d'un séisme volcanique à Hawaï  le 11 juillet 2018 à la station RESIF-RLBP de Manonville (Meurthe-et-Moselle)

Enregistrement d’un séisme volcanique à Hawaï le 11 juillet 2018 à la station RESIF-RLBP de Manonville (Meurthe-et-Moselle) © Jérôme Vergne, Eost. En savoir plus